L'AS Layrac jouera bien en Fédérale 3

22 juillet 2015 - 20:00

Les conditions imposées à ce niveau seront remplies par le club.


Champion du Périgord-Agenais en Honneur, Layrac a obtenu sa montée en Fédérale 3 à l'issue d'une année historique pour le club. « Et c'est la vérité du terrain qui compte aujourd'hui », affirme d'emblée Mathieu de Carli, joueur de l'ASL la saison dernière. Autrement dit, la montée gagnée sur le terrain n'est pas remise en cause.

 

 

 

« La Fédérale 3 demande un certain nombre d'obligations sportives que nous sommes en train de remplir. » Au premier rang : les équipes de jeunes. « Caudecoste ne nous a pas lâchés à ce niveau-là », insiste Patrick Manias, le président de Layrac. L'entente entre les deux clubs fait perdurer l'école de rugby et engage une équipe U16, l'équivalent de cadets, championnat Teulière B.

« Une vingtaine de jeunes nous suivent mais nous en recherchons une dizaine supplémentaire », complète le président. Du côté des U18, les juniors, la tâche est plus ardue. Même si le club se bat pour monter une équipe, une dérogation sera probablement demandée auprès de la Fédération. « Plusieurs clubs du comité ont déjà obtenu, les saisons précédentes, ce type de dérogation. Et Layrac remplit les conditions requises pour en bénéficier. » En contrepartie, le club devra aligner 12 licences blanches sur la feuille de match au lieu de neuf, c'est-à-dire 12 joueurs évoluant au club depuis plus de quatre ans.

Layrac laissé de côté ?

Le club se serait bien passé d'un début d'été mouvementé. Les saisons précédentes, les jeunes Layracais évoluaient au sein d'une entente entre plusieurs clubs de l'agglomération, les Jasmins de l'Agenais. L'équipe permettait à chaque club de répondre aux exigences fédérales.

« On a appris la dissolution des Jasmins fin mai, bien après avoir été promus. Ça laisse peu de temps pour réagir », regrette Patrick Manias. « On subit l'implosion de cette équipe », ajoute Mathieu de Carli. Le retrait d'un seul club a fait s'écrouler les Jasmins. Un autre projet d'entente, nommé SU Agen Agglo, devrait prendre le relais.

« Mais ce même club a posé ses conditions : que Layrac ne fasse pas parti de ce nouveau rassemblement. » L'ASL se dit toujours prête à rejoindre cette nouvelle entente si on le lui propose. « Mais nous poserons nous aussi nos conditions », prévient Patrick Manias.


Damien Bourdeilh - Sud Ouest

Commentaires