Plouzané prêt pour les 16e s Publié le 17 mai 2018 par le TELEGRAMME

17 mai 2018 - 08:41

Les Plouzanéens se déplacent dans le Lot-et-Garonne pour y affronter Layrac, dimanche, dans le cadre des 16e s de finale aller du championnat de France de Fédérale 3.

Compte tenu de la distance, 800 kilomètres environ, mais surtout de l'importance de ce premier rendez-vous, les rugbymen du Pac quitteront la pointe finistérienne dès samedi, afin de se mettre dans les meilleures conditions pour aborder ce premier choc contre Layrac. Les Bleus ciel et Blanc ont l'avantage du terrain, ayant fini premier de la poule 7, c'est-à-dire qu'ils se déplacent pour le match aller. Un bon résultat dans le Lot-et-Garonne conditionnera le match retour à Keramazé. Le club vainqueur, à l'issue des deux confrontations, aura en poche son accession en Fédérale 2. En rugby, on connaît la ferveur des terres du sud-ouest et, parfois, leur oubli de sa pratique au nord de la Loire. Les résultats affichés par Plouzané font s'interroger Layrac au sujet de ce club breton, à l'image de Rennes et surtout Vannes, qui vient un peu bouleverser la hiérarchie dans le monde de l'ovalie. On ne bat pas deux fois de suite les Blayais en championnat de France sans arguments. L'entraîneur des avants layracais, De Carli, ne si trompe pas d'ailleurs. Il ne commettra pas l'erreur de ne pas prendre en considération les Nord-Finistériens : « Je suis ravi que nous puissions nous confronter à un autre rugby », confit-il à La Dépêche du Midi.

Ce sera « chaud »



Dans ce contexte, l'accueil des Finistériens au stade José-Pénétro promet d'être « chaud », comme on dit dans le milieu sportif. Et pas seulement au niveau de la température ! Le record des 1.200 spectateurs en 32e de finale sera certainement battu. Les joueurs du capitaine Lefrancois ne devront pas se laisser submerger par cet environnement et se donner à fond lors de ce premier acte. Si un match de rugby n'est jamais joué à l'avance, que les phases finales sont toujours compliquées à gérer après la saison régulière, « faire un truc là-bas », comme le souligne Steven Sparks, permettrait de garder espoir pour une formidable journée retour, le 27 mai. Les joueurs plouzanéens pourraient alors marquer d'une pierre blanche l'histoire du club.
J. P. R.
© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/rugby/plouzane-pret-pour-les-16e-s-17-05-2018-11961749.php#yghCiukvlHlUL4cg.99

Commentaires