Une force de l'habitude serait-elle née ? Publié le 22/05/2018 à 03:53 PAR LE PETIT BLEU

22 mai 2018 - 06:49

Après les joutes dominicales et les exploits des joueurs layracais, lundi de Pentecôte, le monstrueux vide-greniers du club a pris place à Pénétro. Comme il y a deux ans après la confrontation sulfureuse avec Périgueux, les Gascons ont laissé des images de rêve d'accession possible en Fédérale 2 à leurs supporters qui les soutenaient encore il y a trois ans en Honneur du Périgord-Agenais. Même le coq gascon de la ferme de la Tuilerie chantait au trille final. Le moule imprimé par les générations précédentes reste intact. Les joueurs sont des compétiteurs. Le capitaine Rigal soulignait que les joueurs arrivés à l'intersaison s'étaient fondus dans ce moule. Certes, il y a eu l'arrivée d'une autre star à ce niveau d'un pro du sept avec Vincent Inigo venu rejoindre Damien Cler et donner du fil à retordre aux défenses adverses mais le groupe fait montre d'une certaine maturité. Eric Bourdeilh nous avouait avoir «vu mieux de son équipe que cette prestation. On a mis beaucoup d'énergie avec la chaleur. Les joueurs ont fait leur job de donner du plaisir aux gens qui viennent les voir jouer. C'est important.»

L'ASL recevait Plouzané, club de la banlieue de Brest, le numéro trois national avec ses joueurs aux gabarits impressionnants (victoire de Layrac : 32-13).

«Un pied en Fédérale 2 ? Non, le plus dur reste à venir. On a un gros match qui nous attend en Bretagne. C'est jamais facile quand on a douze heures de bus dans les jambes», expliquait Rigal. «Il va falloir qu'on fasse un gros match là-bas si on veut jouer au-dessus. On est maître de notre destin».

Le camp visiteur est reparti avec un air revanchard. Le manager Steven Sparks a demandé à ses joueurs au trille final de «relever la tête» et de nous dire «qu'il y aura une deuxième manche qui n'est pas à côté», avouer aussi que ses joueurs «avaient fait trop d'erreurs face à une belle équipe de Layrac». Le capitaine breton Julien Lefrançois concédait «la belle équipe» de l'ASL mais «la tâche n'est pas insurmontable pour le match retour». Les Bretons auront eu tout le temps d'y penser sur le chemin du retour. Les Layracais ont pour le moment l'affaire dans le sac en prenant dès vendredi le chemin inverse.

De notre correspondant Jean-Michel Lacombe

Commentaires