Plouzané - Layrac. Le Pac mise sur ses jeunes Publié le 24 mai 2018 à 00h00 Modifié le 24 mai 2018 à 08h20 par LE TELEGRAMME

24 mai 2018 - 09:24

    Publié le 24 mai 2018 à 00h00 Modifié le 24 mai 2018 à 08h20

 

L'arrière Nicolas Cessou (à droite) est l'un des garants de l'identité finistérienne au sein du club plouzanéen, en verve cette année.

Plouzané n'a jamais été aussi proche d'une montée en Fédérale 2, même s'il devra renverser Layrac, dimanche, pour franchir un palier. Un succès qui pourra valider tout le travail de formation entrepris par le club et ses efforts pour conserver les joueurs du cru.

Si Guillaume Renault, vice-président du Plouzané AC, concède qu'une montée en Fédérale 2 entraînerait des recrutements extérieurs, il estime que « Plouzané n'existera que par la formation. Sans formation, on ne peut pas avoir d'équipe seniors d'un bon niveau. » C'est pourquoi le Pac, seul club breton à aligner deux équipes juniors en championnats, mise sur ses jeunes. Les bons résultats des Ciel et Blanc viennent d'ailleurs récompenser leur philosophie. L'unité de travail chez les cadets, les juniors et les seniors autour d'un jeu global et complet semble porter ses fruits. Pas négligeable pour l'intégration des petits Canards chez les grands. Des 22 joueurs appelés pour le dernier match d'Excellence B de la saison, le 13 mai, 17 étaient issus de la formation plouzanéenne. Mieux, sept sont encore juniors et apparaissaient en réserve « pour s'aguerrir », selon le dirigeant. Au sein de l'équipe fanion, ils ne sont pas beaucoup moins à avoir été formés au Pac : 15 sur 22. Dont les incontournables Nicolas Cessou (arrière et buteur) et François-Xavier Kaigre (demi de mêlée), licenciés à Plouzané depuis près de 20 ans. « Nos historiques », comme les appelle Guillaume Renault, le plus historique d'entre eux (*).

Un éloignement géographique qui bloque... pour le moment


Les jeunes du club sont choyés, entre une formation à un bon niveau rugbystique et un accompagnement vers l'emploi, grâce au réseau de partenaires du Pac. Un traitement de faveur pas désintéressé pour un sou. « Il est fondamental de retrouver nos jeunes chez les seniors. Ils sont l'image du club, notre identité finistérienne et la source de notre niveau actuel. » Un niveau qui balance en ce moment entre deux divisions, en attendant la réception de Layrac (Lot-et-Garonne), dimanche. Pour conserver ses cadets et juniors et rayonner encore davantage, le club veut gravir les échelons afin d'attirer dans toutes les catégories. Un effort nécessaire au vu de l'éloignement géographique de Plouzané, qui a pu rebuter quelques rugbymen ces dernières saisons. Pour se maintenir en Fédérale 2, il faudrait ensuite davantage de fonds, quelques joueurs recrutés à des postes clés et, surtout, poursuivre le travail de formation accompli depuis plus de 20 ans. « Nous avons des joueurs dont nous sommes certains qu'ils sauront monter en Fédérale 2, voire en Fédérale 1. » Car telle est l'ambition de Plouzané, à long terme : viser le plus haut niveau amateur et s'y installer grâce à des fondations solides. Grâce à ses historiques. (*) Le vice-président du Pac, au club depuis 1979, en est aussi le fondateur.
Dimanche (15 h)


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/rugby/s-retour-plouzane-layrac-le-pac-mise-sur-ses-jeunes-24-05-2018-11969306.php#yc3UHeF1dgHI64em.99

Commentaires