Plouzané - Layrac a un exploit du paradis Publié le 26 mai 2018 par Le Télégramme

26 mai 2018 - 07:53

 

Battu 32-13 lors des 16e s de finale aller de Fédérale 3 à Layrac, Plouzané devra réaliser une prestation XXL, dimanche, pour renverser la situation et valider son ticket pour la Fédérale 2. Ce qui constituerait une première dans l'histoire du club.

Dimanche dernier, ils avaient quitté Layrac la tête basse, frustrés par cette défaite de 19 points (32-13) en 16e s de finale aller de Fédérale 3. Malgré cette lourde défaite en terre gasconne, les Plouzanéens ont encore leur destin entre leurs mains à l'heure de retrouver Layrac, dimanche, à Keramazé. En jeu : une qualification pour la Fédérale 2, un niveau encore jamais atteint par la formation de Steven Sparks.

Gare au sniper !


Le technicien finistérien l'admet, valider son ticket pour l'étage supérieur « sera très compliqué », mais ce ne sera « pas mission impossible. On a fait de bonnes choses lors du match aller, où l'on a pris que deux essais. On a été moins efficaces en touche et, en face, leur buteur (Decottignies) a rentré les six pénalités qu'il a obtenues ». Alors, pour Guillaume Renault, fondateur du club et aujourd'hui vice-président, le Pac devra à tout prix éviter « de prendre des pénalités à 50 mètres de l'en-but. Ça ne pardonnera pas. Layrac a d'anciens professionnels dans son effectif, dont deux joueurs qui ont participé aux Jeux Olympiques de Rio en 2016, en rugby à 7 (Damien Cler et Vincent Inigo). Malgré cela, j'y crois fort car on a fait jeu égal. Si on joue notre meilleur rugby, on ne sera pas loin de la qualification ».    Les ingrédients pour renverser Layrac et marquer l'histoire du club ? « Déjà y aller à fond, pour ne pas avoir de regrets. Au rugby, tout peut aller très vite et tout peut encore changer », pointe Steven Sparks. « La discipline, la conquête en touche et en mêlée seront également très importants, ajoute Guillaume Renault. On a des joueurs à l'arrière qui peuvent faire des différences, comme Paroissien, Tautalanoa et Collet, mais il faut qu'ils aient de bons ballons à exploiter. » Mais tous s'accordent sur un point, l'une des clés sera mentale. « Certains joueurs n'ont peut-être pas joué à leur meilleur niveau lors du match aller, peut-être par le stress. Mais un exploit, c'est 40 % de préparation, 10 % de technique et 50 % de mental ».

Cessou sur le retour ?


Pour ce rendez-vous, Steven Sparks ne pourra pas compter sur Connor Diplock, victime d'une fracture de la cheville face à Blaye au tour précédent et « out » pour le reste de la saison. En revanche, l'arrière Nicolas Cessou, victime, lui, d'une entorse du genou et absent à l'aller, pourrait retrouver ses partenaires pour ce rendez-vous historique. « Il se remet bien, mais on attendra le dernier moment pour prendre la décision », observe Steven Sparks. Le Pac aura, en tout cas, bien besoin des jambes de feu de son arrière pour aller au bout de son rêve. 
Dimanche (15 h), au stade de Keramazé, à Plouzané


© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/rugby/s-retour-plouzane-layrac-a-un-exploit-du-paradis-26-05-2018-11971720.php#dWa5B8dKjG6MXkY0.99

Commentaires