Gérard Lacan et Pascal Mel main dans la main Publié le 03/06/2018 à 13:18 par LA DEPECHE

4 juin 2018 - 06:43

 

Voilà deux mois que l'AS Layrac s'est réuni pour donner une autre dimension aux structures du club en élisant un bureau et deux co-présidents Gérard Lacan et Pascal Mel mettant en place des délégations, des commissions.

 

La montée en Fédérale 2 n'était pas au programme mais Mel avait dit le soir de l'AG que les dirigeants assumeraient. Gérard Lacan au départ du bus vers Plouzané nous avait confié : «Le groupe sportif, c'est une histoire d'amis. Avec les moyens que nous avons, c'est formidable ce qu'ils font. Heureusement il y a des soutiens généreux. Avec Pascal, on va faire du mieux possible pour aider le club avec notre réseau. Notre ambition, c'est d'augmenter le banc. On a toute l'équipe dirigeante derrière nous. Je pense à Patrick Manias, les joueurs aussi. Il serait heureux de voir tout ça.»

Pascal Mel au surlendemain de l'accession de l'ASL en Fédérale 2 pouvait en dire plus :

«Damien Cler et Vincent Inigo vont remettre ça»

«Pour le recrutement, on est obligé d'anticiper l'arrêt programmé de certains joueurs mais, on est limité. On a saisi déjà des opportunités. On n'a pas d'argent. On travaille sur l'humain et notre réseau avec Gérard. Sur le financier, on ne peut pas. Si on veut perdurer, ça serait se tirer une balle dans le pied. Depuis deux mois on est aller chercher des fonds pour fonctionner. On est en discussion avec un autre club pour une entente pour les jeunes. Sur le vivier de l'Agenais, c'est vraiment compliqué. J'ai rencontré les présidents des clubs de l'Agenais. Il faut proposer quelque chose de différent avec le SUA. Personnellement, j'aurai été favorable à des fusions de club localement comme la rive gauche par exemple pour présenter des équipes sur différentes catégories et garder une même identité. Il faut se mettre autour d'une table pour les jeunes, qu'on parle à cœur ouvert et anticiper les problèmes. On peut surfer comme se retrouver dans le creux de la vague. Les jeunes qui aiment le rugby sont demandeurs au risque qu'ils aillent nulle part.»

Mel est vite revenu à l'actualité avec ce huitième aujourd'hui à Bazas face à Floirac. «ça se jouer au mental. Ils ont la capacité de le faire.»

De notre correspondant Jean-Michel Lacombe

Commentaires