Le rugby... pour le plaisir

16 juillet 2018 - 22:10

C’est avec un club house bondé que l’association sportive Layrac rugby (ASL) a tenu son assemblée générale dernièrement. L’occasion pour les coprésidents, Pascal Mel et Gérard Lacan de remercier leurs « guerriers » de bénévoles pour leur implication tout au long de la saison. La parole a été donnée à Véronique Lacaze, secrétaire de l’école de rugby Layrac-Caudecoste, qui a dressé un rapide état de la saison avec 56 licenciés, âgés de 5 à 15 ans, encadrés par douze éducateurs dont cinq d’entre eux sont titulaires du brevet.

Une équipe féminine ?

 

Pascal Mel regrette que sur l’ensemble des clubs du département, aucun n’ait voulu apporter son aide à Layrac. C’est donc avec un rassemblement avec l’Avenir valencien que les cadets et juniors pourront évoluer. Le rapport moral des seniors a révélé un manque d’assiduité aux entraînements de la Réserve, voyant ainsi s’éloigner la qualification, tandis que l’équipe 1 a donné entière satisfaction avec sa montée en Fédérale 2. Alors que Virginie Contou, trésorière, a annoncé un rapport financier avec un solde positif de 3 610 euros, Mathieu de Carli a dévoilé pour la prochaine saison un projet sportif, comprenant un projet de jeu et de formation. Avec 33 arrivées déjà actées, la philosophie du club restera identique. « Prendre du plaisir sur et en dehors du terrain, mais aussi donner du plaisir dans les tribunes. » Avec le recrutement de deux joueurs tongiens, Pascal Mel a tenu a souligné que l’ASL a encore des valeurs avec un rugby sans argent. Alors que de nombreux sujets ont été abordés dont la création de 11 commissions, ou encore la Table de Pénétro qui permettra d’organiser des événements conviviaux pour épauler le club, c’est la création d’une équipe féminine qui a fait le buzz dans l’assistance. Ainsi, 25 joueuses sont prêtes à en découdre sur le terrain. Le maire Rémi Constans a manifesté son soutien à l’ASL et assure se pencher avec ses collaborateurs sur les travaux à réaliser sur Pénétro.

 

Article sud ouest

Karine Danaborga

Publié le 16/07/2018

Commentaires