Le rugby, une histoire de famille

7 août 2018 - 10:09

Mathieu qui a évolué dans une famille que de rugbymen a un avenir prometteur. Photo K. D.

 

 Né le 4 février 2000, fils de Jean-Jacques, ancien joueur à Valence-d’Agen et Layrac, et beau-fils de Véronique, ex-joueuse à Bon-Encontre, avec un frère aîné Anthony, au poste de demi d’ouverture au Rugby Club du Bassin d’Arcachon et une petite sœur, Amandine à l’AS Pujols XIII, on peut dire qu’il s’agit d’une belle histoire d’amour entre le rugby et la famille Tesquet. Après s’être essayé au foot durant une saison, c’est à l’âge de 7 ans que Mathieu a fait connaissance avec le ballon ovale pour ne plus jamais le quitter.

Une passion qui transpire au travers de son jeu, mais aussi par son attitude exemplaire aussi bien, sûr qu’en dehors du terrain. Une qualité qui a été relevée par chacun de ses entraîneurs qui ont pu le voir évoluer tout au long de ces années au sein de l’école de rugby Layrac-Caudecoste.

 

Pour Patrice Saint-Martin, dit Patoune, qui l’a entraîné de benjamin à minime : « C’était un enfant réservé, mais adorable. Mathieu était le moteur de l’équipe et l’a tiré par le haut. Doué, sérieux, il possédait de grosses qualités qui nous ont permis d’être Champions du Périgord Agenais. En tant qu’entraîneur, on aimerait avoir un tel gosse plus souvent », lâche le coach. Le constat est à l’identique pour Gaël Gaffard, entraîneur des cadets, que Mathieu a rejoint lors de sa création au sein de l’AS Layrac lors de sa montée en Fédérale 3.

Un rêve devenu réalité

Mathieu De Carli et Éric Bourdeilh, entraîneurs de l’équipe première, ont été interpellés par les qualités de Mathieu lors des entraînements. À sa majorité, le jeune homme a rejoint l’équipe 1, ce qui lui a permis de participer au 32e et 8e de finale pour la montée en Fédérale 2. « En première, il a porté le n°10, et possède toutes les qualités pour tenir ce poste », confie Patoune.

Alors que, dès la saison prochaine, les entraîneurs comptent sur Mathieu pour maintenir l’effectif de l’équipe 1, tout en restant disponible pour l’équipe junior, le jeune homme souhaite pratiquer le rugby en loisirs et se consacrer à ses études pour se diriger vers un diplôme de comptabilité-gestion. Mais le ballon sera-t-il plus fort que les chiffres ?

Article Sud Ouest / Karine DANABORGA / Publié le 07/08/2018

Commentaires