Mathieu De Carli de joueur de rugby à meneur d'hommes Publié le 04/09/2018 à 03:52, Mis à jour le 04/09/2018 à 07:44 PAR LA DEPECHE

7 septembre 2018 - 10:08

Il est une pièce maîtresse de l'Association Sportive Layracaise. Mathieu De Carli est devenu incontournable dans le fonctionnement du club. Capitaine de l'équipe fanion lors de la montée en Fédérale 3, il est pour la troisième saison co-entraîneur des seniors avec Eric Bourdheil. Ce dernier est un technicien reconnu de la balle ovale et Mathieu possède un vrai talent de chef de meute, sachant transmettre sa passion et étendre son aura sur une bande copains qui s'entendent comme larrons en foire et ne demandent qu'à progresser. Pour que les jeunes soient assidus aux entraînements, il faut plus que la férule des entraîneurs, il faut aussi un peu d'amitié et beaucoup de dévouement. C'est Jean-Pierre, son père, qui en parle le mieux. «Il ne faut pas seulement être bon technicien et bon joueur, il faut savoir transmettre. Et Mathieu a du talent pour ça.» Évidemment il est fier de son petit, le Jean-Pierre. Et il y a de quoi ! Pour son père on est toujours le petit, même si on dépasse allègrement le quintal. Il parle de son parcours que, par pudeur, le fiston n'étale pas. Pour des précisions, il fait appel à Canou (Chantal), son épouse. Mathieu est au rugby depuis ses 3 ans et demi : «On l'avait inscrit en baby, à l'école de rugby de Marmande. Lors d'un tournoi, en minimes, je crois, Jean-Louis Bernes, Jean-Pierre Saubusse et Jean Ricaud l'ont repéré et lui ont proposé de venir jouer à Agen.» C'est ainsi que Mathieu s'est retrouvé interne à Chaumié et a poursuivi ses études, à Palissy pour le bac et à De-Baudre jusqu'au BTS. Évidemment, pendant ce temps, il a fallu composer et faire la part des choses entre le sport et les études et là encore papa avait son mot à dire pour tempérer les ardeurs. Puis est venu le temps des choix et les appels du pied des clubs. Dax en pro D2 et une grave blessure qui l'éloigne des terrains «trop longtemps» ajoute Mathieu ; puis Saint-Jean-de Luz et la Fédérale 1. L'homme peut faire état d'un beau parcours dans le rugby qui est devenu une passion pour lui. Il a connu les stages FIRA de l'équipe de France, la Division Nationale (1 match à Agen en première), la Pro D2, les Fédérales 1, 2 et 3, nombre de sélections du Périgord Agenais mais ses qualités humaines font de lui une personnalité du rugby local, un artisan essentiel dans la montée du club en Fédérale 2 où il évolue cette année, et dans le recrutement des joueurs pendant l'intersaison.

    La Dépêche du Midi

Commentaires