Rugby – Fédérale 2. « La valeur du groupe nous fait rester optimistes », dit le capitaine de Casteljaloux Publié le 17 Déc 18 à 17:39 PAR L ACTU

14 janvier 2019 - 11:04

Ce dimanche 16 décembre, lors de la 12e journée de Fédérale 2 dans la poule 6, les nouveaux reports viennent jeter le trouble sur un classement pour l’heure largement dominé par Lombez Samatan Club, des Gersois qui ont disposé de l’US Casteljaloux (27-10).

LIRE AUSSI : tous les résultats du week-end en Fédérale 2

L’US Isloise a mordu la poussière sur la pelouse du SC Rieumes (19-6) tout comme l’US Morlaas sur celle de l’Entente Astarac-Bigorre (23-17). Enfin l’AS Layrac a dû s’employer pour faire plier une équipe de Balma Olympique qui était venue en Lot et Garonne pour faire un coup.

 

Des destins croisés

Menés 27-3 alors que la deuxième mi-temps venait de démarrer, les Casteljalousains n’ont plus encaissé un seul point et ce sont eux qui ont clos le score dans le money time grâce à un essai de l’impeccable Reda Benazzi. Dans le même temps, à Layrac, les locaux ont marqué tous leurs points lors du premier acte (13-0). Les Haut-Garonnais ont par la suite refait leur retard petit à petit, jusqu’à donner des sueurs froides aux supporters lot-et-garonnais. Six cartons sont venus ponctuer les débats, chaque équipe ayant du jouer à treize durant quelques minutes.

La réaction du week-end

Jérôme Prévitali, capitaine de Casteljaloux : « Le groupe a montré de belles valeurs mais le score reste difficile à encaisser. Nous les avons mis sous pression assez vite mais notre indiscipline nous coûte cher. Lorsque l’on regarde le classement, on peut s’inquiéter, forcément, mais lorsque l’on connait la valeur du groupe, il y a de quoi rester optimiste. Nous sommes capables de relever la tête lors de la deuxième partie de saison c’est évident et nous allons nous y employer. »

Des reports toujours plus nombreux

Alors que l’hiver n’est pas encore tout à fait installé, les reports de matchs sont déjà légion. Difficile d’imaginer ce que pourraient être les mois de janvier et février si d’aventure il venait à pleuvoir ou faire froid. Un vrai casse-tête pour le calendrier de la FFR et pour la lisibilité d’un championnat qui perd en clarté. La règle de la péréquation pourrait bien à terme être de plus en plus utilisée. Et dire que les clubs se plaignaient majoritairement, il y a peu encore, de ne pas assez jouer…

 

Commentaires